الرياضة

Une fin ou un début

…C’était un beau jour de printemps, quand le facteur frappa la porte et déposa au seuil de la maison une petite enveloppe. le courrier était pour Rachid. Une convocation de concours, pour un grade assez modeste dans une caserne militaire à ouarzazate. La nouvelle a bouleversé le calme de sa journée en le laissant fantasmer du changement radical que pourrait connaître sa vie si les choses allaient bon train, ”enfin, venue ma chance !” dît le jeune qui n’avait pas connu de succès en école, mais avait bonnes connaissances en voies égarées, précoce était sa fréquentation aux boites de nuit et aux lieux interlopes.la veille du jour du sort pour lui est en fin venue. il fit son sac et partit dans son voyage vers ouarzazate.Au long de son périple, le pauvre n’a pas cessé de penser à sa chère maman qui s’est donnée le martyr de l’élever, avec six autres bouches, dans des conditions assez contraignantes, quand son époux périt noyé en tentant de regagner les terres du paradis gâché.Sous l’effet du mal de route, notre héro résigna à un sommeil profond, et n’a ouvert les yeux qu’à la gare routière de Ouarzazate.Pour chasser la fatigue, Rachid appela une tasse de café.Éveillé, il prend le taxi pour ne pas rater le rendez-vous.Après un pied de grue fatigant dans une queue interminable, les candidats ont subi un test écrit, suivi d’une épreuve physique sanctionnée par l’affichage de la liste des admis. Le nom de Rachid n’y était pas.Rongé de déception, il traîna les pieds vers la gare routière pour regagner son patelin, dans son chemin il croisa une cabine téléphonique où travaillait une jeune fille. Aveuglé de colère , il essaya de déverser sa rage… il tire un plan malicieux ; l’agresser en lui mettant une navaja sur le cou, la brave a réussi de le fuir et l’enfermer dans la cabine et partit en appel à la police. Les éléments de cette dernière n’ont pas tardé à répondre présents sur les lieux de l’incident et ont écrasé la porte pour renvoyer ‘’illico’’ le malheureux (escroc) aux urgences suite à une tentative de se suicider en se faisant couper les vaines et se balafrant les bras et le visage sous la prise des psychotropes.Durant son hospitalisation, Rachid prêtait bonne attention à un vieux patient mal fréquenté par les siens. Et comme reconnaissance aux faveurs de son jeune ami compagnon de chevet, le vieillard légua une bonne part de sa fortune par testament au nom Rachid.Bel et bien rétabli, Rachid comparaît devant le juge, le verdict fut un an de réclusion pour agression et tentative de suicide.les 12 mois de prison purgés, notre jeune homme retrouve sa liberté, se résout à rompre avec le mauvais passé et commencer une vie joyeuse et luxueuse.La morale de la nouvelle : la fin des choses peuvent annoncer un bon début… il y a toujours une lueur d’espoir à laquelle on doit s’attacher devant le blocus dans la vie.Auteur: Mustapha saadi.

ما تعليقك على الموضوع ؟

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى

أنت تستخدم إضافة Adblock

برجاء دعمنا عن طريق تعطيل إضافة Adblock